Alice au pays des abeilles

Untitled

 

Une trentaine d’étudiants de l’AUB ont investi les ruelles de Jbeil pour comprendre le processus d’extraction du miel. Une initiative d’Alice Eddé, inlassable dénicheuse de talents.

Si Alice Eddé prend plaisir à animer le souk de Jbeil au gré des saisons et de sa fantaisie, elle met à l’honneur à chaque événement de jeunes talents libanais. Aujourd’hui, elle nous propose un fascinant voyage au cœur du monde des abeilles en nous introduisant les apiculteurs du pays des cèdres. Une métamorphose du souk en essaim géant où grouillent et bourdonnent des professionnels, abeilles ouvrières infatigables qui, tout au long de la journée, extrairont le miel des rayons, signeront Adélaïde DUCHET leur livre ou nous proposeront de quoi faire un shopping durable devant les étals généreusement achalandés de miels aux arômes locaux (cèdre, chêne, oranger…), gelée royale et propolis, mais aussi bougies en véritable cire d’abeilles, produits ménagers artisanaux et cosmétiques à base de miel.

Des fleurs à la ruche
Comme par magie, l’abeille butineuse provoque la pollinisation de la fleur dont elle butine le nectar. Ce liquide sucré et parfumé, transporté dans son jabot, est métamorphosé par l’abeille receveuse, par le biais d’enzymes, en miel qui nourrira la colonie pendant l’hiver mais sera aussi stocké dans les alvéoles en cire fabriquées par les ouvrières.

De la ruche à nos papilles
Dans la ruche transparente que le docteur Rami Ollaik, convié par Alice, a apportée de l’AUB, s’affairent, imperturbables, les abeilles. « Je puise dans la nature la beauté du monde », écrit le professeur d’apiculture. Du corps de la ruche, Rami sort l’un des lourds châssis, désormais abondante réserve de miel. À l’aide d’un peigne en métal, il ôte la couche de cire déposée par les abeilles pour sceller les alvéoles. Le cadre de bois est alors placé dans la centrifugeuse manuelle pour procéder à l’extraction du miel.

Sur la route de Rami Ollaik
Du Hezbollah aux ruches, un parcours singulier pour cet étudiant qui expérimentera, bouillonnant, politique et religion à la recherche de lui-même. Chemin initiatique détonant retracé par Rami Ollaik lui-même, La route des abeilles (pour grands ados et adultes) donne à réfléchir sur le patriotisme, la volonté et la tolérance. Mais c’est auprès des abeilles que Rami apaise son enfant inté- rieur dévoré par le souci de vivre en conscience chaque instant. Probablement émerveillé par cette énergie dépensée à l’unisson par les abeilles pour le bien de la ruche, l’apiculteur-militant a toujours cherché à rassembler un essaim de bonnes volontés pour la cause d’un Liban libre et uni. « Je vais de l’avant, brandissant le drapeau du Liban de demain. Le Sud est mon port d’attache. En son sein, je me retrouve à rêver d’un pays […] où la passion dévastatrice du pouvoir politique ou religieux n’aurait pas priorité sur l’amour de la nature. Un pays qui me donnerait des droits pendant que j’accomplirais mes devoirs. Un pays qui m’offrirait la sécurité. »

تابع المزيد المزيد عن المؤلف

التعليقات مغلقة.